UFC QUE CHOISIR NANCY et sa REGION

ACHATS, SERVICES, TELEPHONIE-INTERNET

Bannissement abusif des serveurs de jeux vidéo : gamers, vous avez des droits !

Votre compte s’est fait bannir d’un serveur alors que vous n’avez rien à vous reprocher ? Vous ne pouvez plus jouer en réseau, avec vos amis, en cette période de confinement ? Faites valoir vos droits !

Vous rentrez du magasin avec le jeu vidéo du moment en poche. Il a coûté cher (une soixantaine d’euros), pas grave, vous le désiriez vraiment, cela valait le coup. Après une longue installation, vous vous empressez de lancer une partie « online », mais pour acquérir de l’expérience, passer les différents niveaux et débloquer tous les contenus, cela prendra du temps. Quelques semaines seulement après la parution du jeu, il faudra encore rajouter une quinzaine d’euros si vous voulez télécharger la première « extension » (nouveaux modes, nouvelles cartes, …) qui sera suivie de nombreuses autres.

Un jour, vous voulez rejoindre vos amis en réseau, et là, surprise : sans raison, vous êtes bannis des serveurs du jeu. Vous ne pouvez plus vous connecter, votre profil est perdu. Vous êtes dans l’impasse.

L’exemple d’Activision

Confronté à cette situation problématique, un consommateur nous a contacté pour que l’on se penche sur son litige avec la société Activision. Le développeur de jeux vidéo lui reproche d’avoir utilisé un logiciel tiers et l’a directement exclu des serveurs de sa licence « Call of Duty : Modern Warfare ». Le gamer conteste pourtant formellement toute triche et toute infraction aux conditions générales d’utilisation.

Après adhésion, nous avons envoyé plusieurs courriers, demeurés sans réponse, à Activision. De ce fait, nous avons saisi la DDPP du 92 (Direction Départementales de la Protection des Populations) qui a traité l’affaire dans les meilleurs délais. Au même moment, suite à cette saisine, Activision sort de son mutisme et affirme nous avoir adressé un courrier le 3 septembre : problème, ni notre adhérent ni nous ne l’avons jamais reçu…

La conclusion tirée par la DDPP est claire : quels que soient les motifs avancés, certaines mentions et conditions d’utilisations sont abusives, notamment les clauses qui réservent le droit à la société de résilier le contrat sans préavis.

Notre adhérent a été victime d’un bannissement injustifié. Activision doit réparer le préjudice !

Dernière minute de février 2021 : une solution amiable a été trouvée….. enfin !

Si quelqu’un de votre entourage, ou vous même, faites face à un problème de la sorte, ne vous laissez pas faire. N’hésitez pas à nous contacter, nous ferons de notre mieux pour vous défendre !